Home

Garçons d’Hares

Cet espace en ligne est dédié aux cinq jeunes ː Mohammed Suleiman, Ammar Souf, Mohammed Kleib, Tamer Souf et Ali Shamlawi qui sont emprisonnés dans les prisons israéliennes et chargés de 20 coups portés dans lʹoptique dʹune tentative de meurtre, accusation basée sur des jets de pierre présumés, sans aucune preuve particulière. Les garçons ont été considérés comme des terroristes avant que toute investigation objective ai été menée. Ils ont été jugés coupables par les médias israéliens bien avant quʹils ʺconfessentʺ sous la torture avoir lancé des pierres.

Le système des cours militaires israéliennes, qui condamnent les enfants palestiniens à 99,7 %, ce qui ferait palir dʹenvie les pires régimes totalitaires du 20ème siècle, leur a dénié toute forme de justice.

Vous, êtres humains doués dʹune conscience avaient le droit de savoir quels crimes sont commis par ce brutal et raciste régime quʹest le système des cours martiales israéliennes.

Les garçons de Hares ont le droit de vivre leur jeunesse sans que le régime ne la leur vole avec un procès judiciaire monté de toutes pièces.

Si vous êtes un journaliste, un journaliste citoyen, un bloggeur, une mère, un père ou un jeune également, et que vous souhaitez vous battre pour les garçons de Hares, sʹil vous plaît, diffusez les informations de ce site dans vos cercles sociaux, aussi largement que possible. Et, encore plus important, sʹil vous plaît, jetez un coup dʹoeil à notre page ʺque pouvez˗vous faire ?ʺ et agissez.

Si vous voulez vous impliquer dans la campagne, voici notre adresse mail ː haresboys@gmail.com.

Merci.

Notre monde peut devenir meilleur pour tout le monde seulement si nous nous positionnons tous du côté du DROIT.



Lʹaccident de voiture

Aux alentours de 18h30, le jeudi 14 mars 2013, une voiture a foncé dans lʹarrière dʹun camion sur la route numéro 5 du gouvernorat de Salfit, en Palestine occupée. La conductrice et ses trois filles ont été blessése, sérieusement pour lʹune dʹentre elles. La conductrice, Adva Biton, retournait dans la colonie illégale de Yakir lorsque lʹaccident a eu lieu. Elle a après affirmé que lʹaccident avait été provoqué par des jeunes palestiniens qui ont jeté des pierres sur la voiture. Le conducteur du camion qui avait immédiatement témoigné après lʹaccident sʹêtre garé après avoir creuvé un pneu, a ensuite changé dʹavis et a affirmé avoir vu des pierres sur la route.

Il nʹy a eu aucun témoin de lʹaccident de voiture. Personne nʹa vu un seul enfant ou jeune lançer des pierres ce jour.

Les arrestations

A lʹaube, vendredi 15 mars 2013, des soldats israéliens masqués, quelques uns avec des chiens dʹattaque, ont envahi le village dʹHares qui est près de la route 5. Plus de 50 soldats ont enfoncé les portes des maisons des villageois, leur demandant où étaient leurs fils adolescents. 10 garçons ont été arrêtés cette nuit, les yeux bandés, menottés, et transferrés vers une destination inconnue. Les familles nʹont pas été informées des raisons supposées de lʹarrestation de leurs fils.

Deux jours plus tard, une deuxième vague dʹarrestations violentes a eu lieu. Autour de trois heures du matin, lʹarmée israélienne accompagnée du Shabak {services secrets israéliens} sont entrées dans les maisons de trois adolescents palestiniens. Ils avaient un papier avec leurs noms en hébreu. Après avoir forcé les membres de la famille à rentrer dans une pièce, en leur prenant leurs téléphone portable afin quʹils ne puissent pas appeler à lʹaide, les avoir interrogé, les soldats ont menotté leurs fils, tous ȃgés de 16/17 ans.

ʺEmbrasse ta mère pour lui dire adieuʺ un agent du Shabak a dit à un des garçons. ʺ Tu pourrais bien ne jamais la revoir.ʺ

Une semaine après, des jeeps de lʹarmée israélienne sont à nouveau entrées dans le village et ont arrêtés plusieurs garçons qui venaient juste de rentrer de lʹécole. Les soldats les ont tous aligné, incluant mêne un enfant de six ans, et ont menacé avec leurs armes lʹoncle qui demandait au moins à ce quʹils laissent partir le plus jeune. Lʹarmée a ensuite arbitrairement choisi trois garçons, les a menotté, leur a bandé les yeux et les a enmené. Les familles nʹont pas été informées  des accusations à lʹencontre de leurs enfants, pas plus que de leur location.

Au total, 19 garçons du village dʹHares et de Kifl Hares ont été arrêtés en lien avec lʹaccident de voiture des colons. Aucun dʹentre eux nʹavait de passif de lançage de pierres. Après des interrogatoires violents, la majorité des mineurs ont été relȃché sauf cinq dʹentre eux qui restent à Megiddo, une prison israélienne pour adultes. Ce sont les garçons dʹHares.

Lʹinterrogatoire

Les garçons arrêtés ont  été soumis à une série dʹabus et de mauvais traitements qui sʹapparentent à de la torture. En plus de la détention ils ont été placés en isolement pendant approximativement deux semaines. Un des garçons relȃchés décrit sa cellule ː un trou sans fenêtres dʹ1 mètre de large et de deux mètres de long, il nʹy avait pas de matelas ou de couvertures pour dormir, les toilettes étaient sales, les six lampes étaient allumées en continu conduisant le garçon à perdre la notion du temps, la nourriture le rendait malade. Il sʹest vu dénié lʹaccès à un avocat, a été interrogé violemment trois fois pendant trois jours et finalement relȃché après avoir été déclaré non coupable au procès.

Les autres enfants ont dit à leurs avocats avoir subi des traitements similaires. Ils ont ʺconfesséʺ avoir jeté des pierres après avoir été maltraités à plusieurs reprises en prison et pendant les interrogatoires.

Les charges 

Les cinq garçons dʹHares sont chacun condamnés à 20 coups portés dans lʹoptique dʹune tentative de meutre. Le jugement de le cour militaire israélienne insiste sur le fait que les adolescents ont eu délibéremment ʺlʹintention de tuerʺ, ils demandent la peine maximum pour cette accusation ː de 20 ans à lʹemprisonnement à vie.

Lʹaccusation relie  les ʺconfessionsʺ des garçons, ʺconfessionsʺ qui ont été obtenues sous la torture, et 61 ʺtémoins ʺ qui affirment que leurs voitures ont été endommagées par des pierres sur cette route 5. Ces récits se sont seulement fait entendre après que lʹaccident de voiture ai connu une grosse couverture médiatique qui en a fait un ʺacte terroritsteʺ et que Benjamin Netanyaou ai annoncé, après lʹarrestation des garçons, quʹil avait attrapé les ʺterroristes qui avaient fait çaʺ. Les autres témoins incluent la police et le Shabak qui nʹétaient même pas présent à cet endroit et à cette heure. Ce nʹest pas clair si les 61 témoins ont été proprement interrogé et leurs témoignages vérifiés avec, par exemple, leur feuille dʹadmission à lʹhôpital, ou encore si les dommages présumés à leurs véhicules ont été pris en photo ou documentés dʹune quelconque manière. De telles informations nʹont pas été rendues disponibles aux avocats des garçons.

Les implications

Sʹ ils sont condamnés, cette affaire instaurerait un précédent législaif qui autoriserait la cour militaire israélienne à condamné nʹimporte lequel enfant ou adolescent palestinien pour tentative de meurtre dans les affaires de jets de pierre.

Les garçons ont maintenant 16/17 ans. Si les militaires obtiennent ce quʹils veulent, ils retourneront chez eux et ne pourront retrouver leurs familles quʹà lʹȃge de 41 ans au mieux. Cinq jeunes vies ruinées sans preuves de leur culpabilité est un cachat au visage des principes de justice que nous partageons en tant quʹêtres humains.

Quʹest˗ce qui cloche pas dans cette affaire ?

Presque toutes les étapes de cette affaires qui pouvaient tourner mal lʹont fait. Les lois locales et internationales ont été globalement ignorées, les principes de justices bafoués et le respect des êtres humains non existants.

Considérez ceci :

    • Les garçons de Hares, de même que des milliers dʹadolescents palestiniens, sont traités dans le système des cours militaires israéliennes comme des adultes. Selon les lois internationales des droits humains en général, et la convention des nations unies des droits de lʹenfant en particulier, les adultes sont des gens qui ont plus de 18 ans. Israel traite même les enfants de neuf ans comme des adultes.
    • Ce système de ʺjusticeʺ est raciste ː peu importe le crime supposé, les Palestiniens sont forcés dʹêtre jugés dans les cours militaires et sous la loi militaire alors que les israéliens dépendent du système civil pour des crimes similaires.
    • Les adolescents ont été violemment arrêtés pendant la nuit sans quʹaucune explication ne soit fournie à leur famille sur les raisons, et sur lʹendroit où lʹon amène leurs progénitures, ce qui est contraire aux lois dʹIsrael qui stipulent que les mineurs doivent être accompagnés dʹun membre adulte de la famille lorsquʹils sont détenus ou arrêtés.
    • Lʹaccès à un avocat leur a été dénié pendant plusieurs jours, parfois plusieurs semaines, après la détention ce qui constitue aussi une violation majeure des lois israéliennes.
    • Ils ont été  placés en isolement pendant plusieurs jours, ce qui est une forme de torture, une punition sévère avant le verdict.
    • Ces mineurs terrifiés ont été soumis à des interrogatoires abusifs qui sʹapparentent à de la torture.
    • Les garçons ont été arrêtés en dépit dʹun manque total de preuves contre eux et condamnés par les médias israéliens comme des terroristes, ce qui va contre lʹuniverselle présomption dʹinnocence{innocent avant que la culpabilité soit prouvée} et délivre un verdict de culpabilité qui enflamme un jugement public hautement émotionnel, mettant la pression sur les juges qui oseraient contredire ce verdict.

Lettre pour votre ambassade!

2 thoughts on “Français

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s